LUGNASAD * 1er août 2021 *

Le temps des moissons et des récoltes de l'année écoulée,
Le temps de se réjouir de l'acquis !

« Si tu veux savoir où tu vas, regardes d’où tu viens. »

Aujourd’hui, je célèbre Lugnasad, une fête païenne de mes ancêtres qui marque la préparation à l’automne.
Dans la tradition celte et en résonance avec la nature, elle invite à la 1ère récolte des fruits mûrs et à la reconnaissance de notre souveraineté d’être.

Touchée ou non par la culture celtique, si tu es sensible à ton évolution spirituelle et au mouvement perpétuel de la vie et des cycles de la nature, c’est un bon moment énergétique pour faire une pause introspective et revenir à toi.
Aujourd’hui et les prochains jours, je t’invite à aller voir en toi et dans le miroir de ce que la vie t’a renvoyé : toutes les parts lumineuses, nourricières, fécondes et puissantes qui ont émergées depuis l’automne dernier grâce à ton travail personnel de conscience, d’intention et d’actions choisies.
Le début du mois d’août, c’est le moment idéal pour reconnaître tes acquis, t’en réjouir et t’en remercier.
Oui, te remercier pour tout le travail d’accomplissement de certains « non encore » accomplis liés à ton histoire d’âme et d’être humain en évolution vers sa souveraineté d’être intérieure !

Quand je parle de royauté intérieure, je parle de cette part qui existe en chaque être humain qui connaît son royaume (lui-même), qui accepte toutes ses parts accomplies et non encore accomplies, qui reconnaît ses propres lois et ses limites et qui agit comme le guide, le garant des lois et de la paix.

Le message spirituel de Lugnasad est très clair, aussi clair que nos journées illuminées de soleil : « VOIS COMME TA VIE A CHANGé ! »

A mes yeux de femme qui grandit chaque année et aux yeux de l’initiatrice et de la guide pour les femmes que je suis, dans le processus naturel de métamorphose identitaire montré et démontré par le cycle des saisons, c’est le plus beau des compliments qu’on puisse faire à une personne aujourd’hui, en ce 1er août :
« COMME TU AS CHANGé ! »

Chez les Celtes, c’est donc un jour de paix et de célébration de toute la communauté car de près ou de loin, on sait que chacun a sa place et son importance dans le mouvement vital de sa croissance et de sa prospérité.

C’est pareil pour nous, tout en nous a son importance y compris les attitudes ou nos habitudes que nous jugeons imparfaites car sans elles, il n’y a ni progression, ni ascension. Remercions-nous pour tout, tout ce qui est et tout ce qui a été fait, manifesté et matérialisé sans oublier la vie et les personnes qui ont soutenu cette réalisation de l’année.

Aujourd’hui, je me prépare avec joie et émotion pour mon rituel.
Je me prépare à me réjouir de l’acquis, à CONTEM-PLER, à considérer attentivement tous les endroits de ma vie qui ont bougé dans le sens évolutif que je me souhaitais à l’automne dernier.

Je ne sais pas quelle intention tu avais en septembre 2020 mais je suis que l’année énergétique 2020-2021 a été une « challengeante » et renversante pour tout le monde !
Je ne sais pas quel sens tu donnes aux événements que nous vivons depuis 2020, dans le monde et en Belgique particulièrement, mais pour moi, c’est comme une gigantesque poussée en avant vers un changement radical.
Et qui dit changement, dit qu’une forme disparaît et qu’une autre naît.
Tous nos re-pères s’écroulent !
Toutes les lois de nos pères meurent, elles ont eu leur temps et aujourd’hui, elles sont devenues dépassées, obsolètes, stériles, voire, dangereuses.
Par la porte ou par les fenêtres, le monde nouveau prend place et ça fait toujours très mal quand on s’accroche au passé.
C’est toujours un drame pour le joueur qui veut être de la partie mais qui n’accepte pas de perdre…
Je crois que la perte est l’apprentissage pour l’humanité enclenché et accéléré depuis 2020 mais elle est aussi celui des initiés.

Revenons à notre rituel !

Les récoltes de nos fruits mûrs concernent aussi nos manières d’être ou nos façons de réagir.
Ici, il n’est pas question de se flageller pour ce qui n’a pas été fait ou de faire les comptes et le tri dans nos acquis.
Aujourd’hui, je fais l’effort de voir toutes les réponses créatives que j’ai apportées aux différentes situations de ma vie durant l’année.
Je vois là où j’ai fait preuve de foi en la vie, d’expérimentation et de compétences qui se sont transformées en confiance en moi, une ressource me permettant d’avancer et d’assumer les défis.

Sans complexe ni arrogance, j’affirme mes acquis innés et accomplis !

Pourquoi passer par un tel exercice ?
Parce que c’est l’étape incontournable avant l’automne :
La lumière décline et avant d’engranger et de transformer les fruits, on les récolte n’est-ce pas ?
Si tu es d’accord, alors c’est parti !

Par cet exercice, je t’initie à avoir confiance en tes compétences, à oser les affirmer.
Ce rituel aura son effet à la mesure de ta concentration sur tes acquis.
Si tu ne vois que ce que tu n’as pas fait, c’est comme si tu avais les mains déjà pleines et là, impossible de récolter les cadeaux de ton année !
C’est une loi universelle : pas de neuf si tu ne fais pas de place pour lui.

Sur une feuille que tu peux afficher, écris tous tes progrès en lien avec l’évolution que tu te souhaitais l’an passé.
Si tu n’avais aucune intention particulière à l’automne dernier, écris tous les changements lumineux que tu peux observer en toi qui font qu’une certaine paix a été gagnée cette année.
Petit ingrédient de mon grimoire personnel de sorcière, comme je suis une adepte de la Voie du Milieu, de mon côté, je termine mes phrases avec une petite touche de compassion en lien avec mon humanité.

Pour terminer, je t’invite à danser et chanter sur la chanson « Ma soeur » de Clara Luciani dont le texte m’inspire tant pour moi-même, pour toi et pour nous toutes en cette célébration de Lugnasad :

Ma sœur, nous avons des cœurs siamois
Et chaque coup que tu reçois
Ricoche et me frappe deux fois
Je tiens dans ma main ton poing serré
Et rien ne peut nous résister
Puisque nous l’avons décidé
Personne n’a jamais dit que ce serait facile
Mais je serai là

Personne ne croit en toi comme j’y crois
Personne, personne
Je serai là même s’il ne devait rester
Personne, personne
Personne ne croit en toi comme j’y crois
Personne, personne
Je serai là même s’il ne devait rester
Personne, personne

C’est comme si une chaîne avait relié
Invisiblement nos poignets
Le jour où nous sommes nées
Alors si tu coules, je coule aussi
Et je tiens bien trop à la vie
Pour que ce puisse être permis
Personne n’a jamais dit que ce serait facile
Mais je serai là

Personne ne croit en toi comme j’y crois
Personne, personne
Je serai là même s’il ne devait rester
Personne, personne
Personne ne croit en toi comme j’y crois
Personne, personne
Je serai là même s’il ne devait rester
Personne, personne

Tu n’es pas seule, qu’est-ce que tu crois?
Tu peux te reposer sur moi
Tu n’es pas seule écoute-moi
Tu peux te reposer sur moi (ça ira)
Tu n’es pas seule, qu’est-ce que tu crois? (Je serai là)
Tu peux te reposer sur moi (ça ira)
Tu n’es pas seule écoute-moi (qu’est-ce que tu crois?)
Tu peux te reposer sur moi (ça ira)
 

Lumineuse, rayonnante, abondante et pleine fête de transition à nous !
Sorcières, vous me gardez et je vous garde,

Goënaëlle